PROMENADE VERTE DANS LE 12ème

La promenade commence en sortant de la station de métro Porte de Vincennes. On tombe aussitôt sur la passage de la Voûte, voie ouverte en 1887,  rénové en avril 2013 et reconnaissable grâce à son immense chat rouge, sculpture réalisée par un lycée professionnel de Paris. Celle ci a été réalisé en hommage à Charles Trenet qui aurait séjourné dans un hôtel du passage en 1930, le chat ,animal par exellence que l’on rencontre dans les passages est chanté dans l’une de ses chansons  « Le soleil a rendez-vous avec la lune ».

Passage de la Voûte

 

Juste en sortant du passage sur la gauche, se trouve une étonnante boutique-atelier semblant tout droite sortie du Paris d’antan. Si vous êtes un fan d’accordéon, c’est ici qu’il faut venir : https://theparisianpost.com/2013/10/12/accord-deleon-laccordeon-reaccorde-du-beau-leon/

Accord Deléon

 

 

Non loin en continuant dans la rue de la Voûte, l’impasse Canart qui porte le nom de son propriétaire de l’époque, offre une ruelle résidentielle calme et dont certains vélos semblent être ici depuis un siècle. Le mur peint au fond du passage atteste de son nom !

Impasse Canart

Impasse Canart

 

On rebrousse chemin sur la rue de la voûte, pour descendre ensuite la rue du Gabon vers le sud et arriver à la pavée et ombragée villa du Bel Air, dont l’entrée de la voie était autrefois surmontée d’un portail en fer forgé orné de l’inscription « Villa du Bel Air – Institution de demoiselles ». En effet, celle ci proposait à la location des appartements pour célibataires dont l’institution était située au n°9.

La villa du Bel Air est connue par les randonneurs pour son accès aisé à la Petite Ceinture .

Villa du Bel Air

Villa du Bel Air

 

La villa du Bel Air se termine en impasse, mais sur sa gauche le sentier la lieutenance relie cette dernière au boulevard Soult par un escalier. Cet ancien sentier rural fut incorporé à la ville de Paris en 1863.

Sentier de la lieutenance

 

En descendant l’escalier du sentier, il suffit de remonter légèrement le boulevard Soult pour découvrir la voie la plus étroite de la capitale. En effet, le sentier des merisiers qui doit son nom aux merisiers qui le bordaient, mesure 100 m de long avec une largeur minimale de 87 cm. Ouvert en 1857 et longtemps mal éclairé jusque dans les années 80, avec un aspect coupe-gorge, il a longtemps été évité par les habitants du quartier.  Il sillonne les jardins des maisons dont une maison à colombages, et il est aujourd’hui l’un des plus charmants passages de Paris.

Sentier des merisiers

 

En sortant du sentier, retournez vers la villa Bel Air pour profiter d’un accès facile sur les rails de la petite ceinture (si le portail n’est pas ouvert, il suffit d’enjamber une barrière de petite taille). J’adore marcher dans ces endroits où la nature a repris ses droits en pleine ville. Prendre la direction du sud jusqu’à la rue du Sahel.

Intersection de l’avenue de St Mandé et de la petite ceinture
La petite ceinture

 

En descendant de la petite ceinture sur la rue du Sahel, le promenade se fait parmi les arbustes que les piétons partagent avec les cyclistes jusqu’au magnifique tunnel de Reuilly, on arrive alors dans une véritable jungle urbaine. Sous-bois, piaillements d’oiseaux, parfum de végétations, et cascades garantissent le dépaysement.

Rue du Sahel
Promenade plantée

 

On remonte sur la rue de Reuilly pour rejoindre le numéro 83. Ici s’ouvre l’impasse Mousset, un lieu où se trouvaient de nombreux petits artisans et ateliers divers. Un certain nombre d’entre eux ont été transformés à la fin des années 1990 en maisons d’habitation et lofts.

Impasse Mousset

 

Un peu plus loin au numéro 67, la nouvellement colorée cour d’Alsace Lorraine a retrouvé de sa splendeur. Cette ancienne cour a longtemps été occupée par des artisans et encore aujourd’hui, artistes et artisans y sont installés. Son nom commémore la perte douloureuse de l’ Alsace et de la Lorraine à l’issue de la guerre de 1870 contre l’Allemagne.

Cour d’Alsace Lorraine

Au fond de l’impasse

La balade se termine au 18 rue de Reuilly pour ceux qui auront la chance de pouvoir pousser la porte. Vous découvrez, passé l’immense porche, une allée envahie par la vigne aux beaux jours, bordée d’anciens ateliers (dont un sculpteur sur bois toujours présent) et au fond de la quelle se trouve une horloge trompe-l’œil.

 

Une promenade de moins de 5km avec un crochet par la petite ceinture.

TROP CHOUETTE CHEZ HENRIETTE

 

Crédit photos :Hervé Goluza

En découvrant l’hôtel Henriette, je suis tombée immédiatement sous le charme de sa décoration à la fois élégante, vintage et cosy. Situé dans une petite rue pavée du 13ème arrondissement parisien, sa propriétaire Vanessa Scoffier a su faire de chaque pièce un lieu unique où l’on se sent chez soi, ou encore dans une maison de vacances. Les meubles et objets chinés, les tissus, les couleurs, tout ici me plait, jusqu’à sa magnifique verrière ouvrant sur une petite cour intérieure qui confère à la douceur des lieux. Je ne sais pas vous mais moi j’y passerais bien le week-end ! Qui m’invite ?

A partie de 109 euros la chambre double

http://www.hotelhenriette.com