PROMENADE VERTE DANS LE 12ème

La promenade commence en sortant de la station de métro Porte de Vincennes. On tombe aussitôt sur la passage de la Voûte, voie ouverte en 1887,  rénové en avril 2013 et reconnaissable grâce à son immense chat rouge, sculpture réalisée par un lycée professionnel de Paris. Celle ci a été réalisé en hommage à Charles Trenet qui aurait séjourné dans un hôtel du passage en 1930, le chat ,animal par exellence que l’on rencontre dans les passages est chanté dans l’une de ses chansons  « Le soleil a rendez-vous avec la lune ».

Passage de la Voûte

 

Juste en sortant du passage sur la gauche, se trouve une étonnante boutique-atelier semblant tout droite sortie du Paris d’antan. Si vous êtes un fan d’accordéon, c’est ici qu’il faut venir : https://theparisianpost.com/2013/10/12/accord-deleon-laccordeon-reaccorde-du-beau-leon/

Accord Deléon

 

 

Non loin en continuant dans la rue de la Voûte, l’impasse Canart qui porte le nom de son propriétaire de l’époque, offre une ruelle résidentielle calme et dont certains vélos semblent être ici depuis un siècle. Le mur peint au fond du passage atteste de son nom !

Impasse Canart

Impasse Canart

 

On rebrousse chemin sur la rue de la voûte, pour descendre ensuite la rue du Gabon vers le sud et arriver à la pavée et ombragée villa du Bel Air, dont l’entrée de la voie était autrefois surmontée d’un portail en fer forgé orné de l’inscription « Villa du Bel Air – Institution de demoiselles ». En effet, celle ci proposait à la location des appartements pour célibataires dont l’institution était située au n°9.

La villa du Bel Air est connue par les randonneurs pour son accès aisé à la Petite Ceinture .

Villa du Bel Air

Villa du Bel Air

 

La villa du Bel Air se termine en impasse, mais sur sa gauche le sentier la lieutenance relie cette dernière au boulevard Soult par un escalier. Cet ancien sentier rural fut incorporé à la ville de Paris en 1863.

Sentier de la lieutenance

 

En descendant l’escalier du sentier, il suffit de remonter légèrement le boulevard Soult pour découvrir la voie la plus étroite de la capitale. En effet, le sentier des merisiers qui doit son nom aux merisiers qui le bordaient, mesure 100 m de long avec une largeur minimale de 87 cm. Ouvert en 1857 et longtemps mal éclairé jusque dans les années 80, avec un aspect coupe-gorge, il a longtemps été évité par les habitants du quartier.  Il sillonne les jardins des maisons dont une maison à colombages, et il est aujourd’hui l’un des plus charmants passages de Paris.

Sentier des merisiers

 

En sortant du sentier, retournez vers la villa Bel Air pour profiter d’un accès facile sur les rails de la petite ceinture (si le portail n’est pas ouvert, il suffit d’enjamber une barrière de petite taille). J’adore marcher dans ces endroits où la nature a repris ses droits en pleine ville. Prendre la direction du sud jusqu’à la rue du Sahel.

Intersection de l’avenue de St Mandé et de la petite ceinture
La petite ceinture

 

En descendant de la petite ceinture sur la rue du Sahel, le promenade se fait parmi les arbustes que les piétons partagent avec les cyclistes jusqu’au magnifique tunnel de Reuilly, on arrive alors dans une véritable jungle urbaine. Sous-bois, piaillements d’oiseaux, parfum de végétations, et cascades garantissent le dépaysement.

Rue du Sahel
Promenade plantée

 

On remonte sur la rue de Reuilly pour rejoindre le numéro 83. Ici s’ouvre l’impasse Mousset, un lieu où se trouvaient de nombreux petits artisans et ateliers divers. Un certain nombre d’entre eux ont été transformés à la fin des années 1990 en maisons d’habitation et lofts.

Impasse Mousset

 

Un peu plus loin au numéro 67, la nouvellement colorée cour d’Alsace Lorraine a retrouvé de sa splendeur. Cette ancienne cour a longtemps été occupée par des artisans et encore aujourd’hui, artistes et artisans y sont installés. Son nom commémore la perte douloureuse de l’ Alsace et de la Lorraine à l’issue de la guerre de 1870 contre l’Allemagne.

Cour d’Alsace Lorraine

Au fond de l’impasse

La balade se termine au 18 rue de Reuilly pour ceux qui auront la chance de pouvoir pousser la porte. Vous découvrez, passé l’immense porche, une allée envahie par la vigne aux beaux jours, bordée d’anciens ateliers (dont un sculpteur sur bois toujours présent) et au fond de la quelle se trouve une horloge trompe-l’œil.

 

Une promenade de moins de 5km avec un crochet par la petite ceinture.

PARIS 15ème : Du hameau d’Alleray à la verdoyante villa Santos Dumont et la petite ceinture

Si le 15ème n’a jamais figuré comme mon quartier préféré , on y trouve toutefois quelques trésors.

Pour débuter la balade, jetez un coup d’oeil à travers la grille du hameau d’Alleray, voie privée menacée tout comme sa voisine la villa Hersent par la promotion immobilière dans les années 70.

Hameau d’Alleray

 

S’il est un coin de Paris bien planqué, c’est bien celui ci. Nichée dans une épingle à cheveux entre la rue de Vouillé et la rue des Morillons, la villa Santos Dumont est pour moi la plus belle impasse de Paris. Végétation luxuriante en été, pots de fleurs et jardinières sous les fenêtres , pavés, maisons aux allures anglo-normandes, on peine à croire que les lieux étaient à l’origine destinés à une population modeste !

Villa Santos Dumont
Villa Santos Dumont
img_5666
Villa Santos Dumont
img_5665
Villa Santos Dumont
img_5660
Villa Santos Dumont
img_5728
Villa Santos Dumont
img_5674
Villa Santos Dumont
img_5692
Villa Santos Dumont

img_5735

img_5675

img_5737

 

C’est dans l’impasse du Labrador, qui tient son nom d’une province du Canada, que l’on trouve ce petit pavillon, dernier vestige des « villages », c’est à dire des lotissements de l’époque. Créés par l’ouvrier devenu promoteur Alexandre Chauvelot, qui souhaita bâtir des maisons pour les parisiens modestes , ces « villages » sont périodiquement menacés depuis leurs origines. Après  son décès en 1861, sa femme a morcelé et vendu des parcelles aux chiffonniers qui occupaient la zone des « fortifs ». Plusieurs projets d’expropriation , en 1959, 1977/1981 et 1986/1994 menacent la rue Camulogène et l’impasse du Labrador. Le problème semble complexe car l’ensemble est une voie privée ouverte à la circulation publique dont le statut date de 1865 et ne peut se résoudre facilement. Soit les riverains s’entendent et le transforme en voie privée fermée, soit ils s’entendent avec la municipalité pour le faire entrer dans le domaine public.

img_5730
Impasse du labrador
img_5732
Impasse du Labrador
img_5750
Impasse du Labrador

 

La balade se termine par une partie de la ligne de la Petite Ceinture. Je ne trouve pas l’aménagement particulièrement bien réussi car je trouve vraiment dommage d’avoir recouvert un rail pour faciliter la promenade des piétons et de mon avis ce sont ces vieux rails qui constituent tout le charme de la petite ceinture. Fort heureusement, le site reste la propriété de Réseau Ferré de France et une convention oblige la conservation d’une voie pour permettre le passage occasionnel d’un train ! (pas sûr qu’on en voit passer beaucoup !!).  La gare Vaugirard Ceinture a été conservée, elle est le siège actuel d’une société. Le site a été aménagé par la ville de Paris depuis 2013.

img_5742

Petite ceinture du 15ème
Petite ceinture du 15ème

 

balade Paris 15

TROP CHOUETTE CHEZ HENRIETTE

 

Crédit photos :Hervé Goluza

En découvrant l’hôtel Henriette, je suis tombée immédiatement sous le charme de sa décoration à la fois élégante, vintage et cosy. Situé dans une petite rue pavée du 13ème arrondissement parisien, sa propriétaire Vanessa Scoffier a su faire de chaque pièce un lieu unique où l’on se sent chez soi, ou encore dans une maison de vacances. Les meubles et objets chinés, les tissus, les couleurs, tout ici me plait, jusqu’à sa magnifique verrière ouvrant sur une petite cour intérieure qui confère à la douceur des lieux. Je ne sais pas vous mais moi j’y passerais bien le week-end ! Qui m’invite ?

A partie de 109 euros la chambre double

http://www.hotelhenriette.com

AIR FRANCE BIENTOT DE RETOUR A TEHERAN

Crédit photo : maisondesorientalistes.com

 

A partir d’avril, la compagnie nationale française proposera trois vols par semaine entre Paris-Charles de Gaulle et l’aéroport de Téhéran-Imam Khomeini. C’est bien vu car effectivement l’Iran est en proie à devenir la nouvelle pépite touristique !

Après avoir chuté à la suite de la révolution islamique de 1979 et de la guerre Iran-Irak de 1980-1988, l’Iran connaît un renouveau depuis les années 2000. En effet les autorités ont mis en place une politique de développement du tourisme et les procédures d’obtention de visa ont été simplifiées.

Je rêve déjà de visiter la Perse et ses trésors ….

A lire avant de se décider :

http://www.skyscanner.fr/actualites/vacances-en-iran-les-choses-faire-et-les-endroits-visiter

http://www.lejdd.fr/International/Moyen-Orient/L-Iran-future-destination-touristique-pour-les-Francais-744498

http://www.lefigaro.fr/voyages/2015/10/02/30003-20151002ARTFIG00227-l-iran-redevient-une-destination-demandee.php

 

 

MON SPOT MEXICAIN

J’ai rêvé d’une plage déserte et sauvage sur la côte pacifique du Mexique, un endroit qui ressemblerait à ma côte sauvage charentaise mais avec la chaleur et les cactus en plus. J’ai fini par la trouver …

A 5km de Puerto Escondido, Casa Mina, la maison de Virginie et Olivier est bâtie sur les hauteurs de la plage et bénéficie d’une vue imprenable sur l’océan.

On se lève à 6h du matin pour tenter d’apercevoir un baleine, on part à 8h faire une promenade à cheval sur la plage ou on descend faire un plouf dans la mer, on paresse sur la terrasse à l’ombre du palpa, on prend des cours de surf, on participe à la libération des bébés tortues au coucher du soleil et le soir on mange du poisson grillé les pieds dans le sable, dans l’un des nombreux restaurants de la plage de Zicatela.

Les plages environnantes sont toutes paradisiaques : Carrizalillo et Manzanillo pour la baignade, Bacocho pour son étendue déserte, Zicatela pour le surf … tout cela vaut donc bien les 7 heures de van depuis Oaxaca ou les 12h depuis Mexico en car deluxe, l’avion reste une option non négligeable.

Je n’ai qu’une envie … y retourner !

http://www.casamina-puertoescondido.com 

J’oubliais … les propriétaires seront aux petits soins pour vous.

 

 

DANS MA CARAVANE A TOKYO

Dormir dans une caravane en plein centre ville de Tokyo peut paraître fou mais c’est le concept unique imaginé par un collectif de designers japonais.

Dans le chic quartier d’Omotesando se dresse cette caravane 100% japonaise au look de vieille air stream à l’intérieur design. Tout y est pensé : étagères de rangement, radio, wifi, coin repas, air condionné, lit double, douche et toilettes modernes (eh oui on est au Japon et même les toilettes sont chics) , le tout aménagé  sur une terrasse en bois avec son salon de jardin.

Pour se sentir un peu moins marginal, la caravane est stationnée dans un complexe sécurisé comprenant bureaux partagés, cafés, vendeurs de nourritures, galerie …

À partir de 140€ la nuit

https://www.airbnb.fr/rooms/4905030

 

 

CITATIONS

  • « le voyage apprend la tolérance » Benjamin Disraeli
  • « Rien ne développe l’intelligence comme les voyages » Emile Zola
  • « L’homme qui veut s’instruire doit lire d’abord, et puis voyager pour rectifier ce qu’il a appris. » Giacomo Casanova
  • « Qui n’a pas quitté son pays est plein de préjugés. » Carlo Goldoni
  • « On ne va jamais aussi loin que lorsqu’on ne sait pas où l’on va. » Christophe Colomb
  • « Il n’y a d’homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie. » Alphonse de Lamartine
  • « Le voyageur est celui qui se donne le temps de la rencontre et de l’échange. » Fréderic Lecloux

 

AU COEUR DU CASCO VIEJO DE PANAMA CITY

Le Panama, c’est LA destination tendance du moment : des côtes spectaculaires, des paysages luxuriants, son canal, le paradisiaque archipel des San Blas et le Casco Viejo, le quartier historique classé au patrimoine mondial de l’Unesco , qui se dresse au coeur de l’actuelle capitale panaméenne.

Le Tantalo c’est non seulement un hotel avec 12 chambres design toutes différentes, un restaurant où le chef Pierre de Janon Janson propose une cuisine internationale fusionnant les influences indiennes, méditerranéennes et américaine… sans oublier la petite touche latine, mais aussi mon lieu préféré pour aller prendre  un verre au coucher du soleil ! Le rooftop bar dispose d’une superbe vue sur la vieille ville mais aussi sur la ville moderne de Panama City,  des soirées dansantes y sont animées par les meilleurs DJ de la Capitale et pour y avoir goûter … les mojitos sont divins !

http://www.tantalohotel.com/

SI TU VAS A RIO ….

 crédit photos: Marcos Bravo

Avec l’automne qui s’installe, j’ai comme une envie de couleurs et de carioca way of life! C’est pourquoi je trouve le Rioow hostel tout à fait à mon goût en matière de design et de mobilier. Le Rioow est une auberge de jeunesse branchée ouverte il y a 2 ans, près du jardin botanique de Rio et du magnifique Parque Lage.

A l’origine, une vieille maison transformée par le studio brésilien PKB Arquitetura, qui s’inspire de nombreux artistes brésiliens du 20ème siècle tels que Oscar Niemeyer et Candido Portinari. Les techniques respectueuses de l’environnement, la durabilité et l’utilisation du matériel, le design et l’art sont les maîtres mots du Rioow hostel.

L’auberge dispose de dortoirs de 5 à 12 lits ainsi que de chambres doubles avec vue sur le lagon ou le jardin botanique, d’un  bar et d’une terrasse extérieure sur laquelle prendre son petit déjeuner avant de partir faire son cours de sport sur la plage d’Ipanema ou arpenter la Lagoa Rodrigo de Freitas à vélo !

Les prix sont doux pour Rio : de 10 eur le lit en dortoir à 47 eur la chambre privée.